10 frais à déduire lorsque vous travaillez à domicile

Entre les fournitures de bureau, l’électricité ou le matériel que l’on utilise, les frais liés au travail à domicile sont parfois conséquents. Heureusement, lorsque qu’on est à son compte, il est possible de les déduire fiscalement. En règle générale, les frais liés aux dépenses ci-dessous peuvent faire l’objet d’une déduction fiscale :

  • Loyer : un bureau ou toute autre partie de votre logement si vous l’utilisez pour travailler
  • Charges liées au lieu où vous exercez : électricité, eau, gaz
  • Tout matériel ou équipement : utilisé exclusivement pour votre activité professionnelle
  • Abonnement internet : quel que soit le type de connexion (ADSL, VDSL, Cable, Fibre)
  • Mobilier : bureau, chaise de bureau ou tout autre élément que vous utilisez professionnellement
  • Petites fournitures de bureau : papier, stylos, cartouches imprimantes, etc.
  • Logiciels divers : bureautique, comptabilité, spécialisés
  • Abonnements aux plateformes de streaming : Spotify, Apple Music, YouTube Premium
  • Boissons et nourritures : uniquement celles qui sont utilisées dans le cadre de votre activité
  • Diverses assurances : liées à l’exercice de votre activité (loyer, responsabilité civile, matériel)

La déduction de ces frais professionnels en tant que travailleur à domicile a pour but de cumuler le maximum de charges possibles afin de payer le minimum d’impôt. Attention toutefois à ne pas abuser de ces avantages que l’administration fiscale vous octroie. Voici donc quelques conseils pour chacun d’entre eux.

Frais à déduire lorsqu'on travaille à domicile

Déduire légalement les frais professionnels liés à un travail à domicile

Si vous êtes un entrepreneur à domicile, selon le statut que vous choisissez, vous avez la possibilité de déduire de nombreuses charges liées à votre activité.

Attention : si vous êtes en micro-entreprise, vous êtes considéré comme auto-entrepreneur et ne pouvez (et ne devez) pas profiter de ces déductions.

Aussi, il faut être très prudent lorsqu’il s’agit de profiter de ces déductions que l’administration fiscale nous accorde. Inutile de vous préciser qu’il ne faut pas en abuser au risque de se voir tirer les oreilles par le service des impôts.

Mais d’un autre côté, il ne faut pas non plus en faire cadeau à l’État. Vous devez donc être objectif et raisonnable lorsque vous déduisez ces charges professionnelles.

1 – Loyer (locataire ou propriétaire)

Que vous soyez locataire ou propriétaire, c’est l’une des principales déductions à laquelle vous avez droit.

Dès lors que votre activité est officiellement déclarée sur le même lieu de votre domicile, vous pouvez profiter de cette déduction liée à l’utilisation d’une partie de la surface de celui-ci.

Considérons par exemple que vous travaillez depuis chez vous et possédez une pièce que vous utilisez exclusivement pour votre activité professionnelle : votre bureau. Vous avez tout à fait le droit de déclarer celle-ci comme le lieu principal de votre travail.

Ainsi, si l’on prend l’exemple ci-dessous, vous pourrez déduire les frais de location ou les mensualités d’un crédit si vous êtes propriétaire (intérêts inclus) au prorata de la surface utilisée.

Exemple de déduction pour un bureau à domicile

Surface totale du logement100 m2
Surface du bureau (usage professionnel seulement)20 m2
Loyer ou mensualité de crédit si vous êtes propriétaire1 000 €
Déduction possible (20%)200 €

2 – Charges courantes liées au loyer

La déduction de ces charges courantes s’opère toujours dans le même ordre d’idée que la déduction d’un loyer au prorata de l’espace utilisé.

Vous avez donc la possibilité de déduire les charges suivantes, proportionnellement à la surface de votre espace de travail :

  • Eau
  • Gaz
  • Électricité

Bien sûr, il faudra être très prudent dans vos calculs. Car en moyenne, l’administration fiscale tolère cette déduction à hauteur de 15%. Au-delà, vous risquez certainement d’être contrôlé par une jolie équipe de fonctionnaire des impôts. On ne pourra pas dire que je ne vous aurai pas prévenu !

3 – Matériels et équipement professionnels

En tant entrepreneur, vous pouvez déduire partiellement ou en totalité les frais qui sont liés à l’achat d’équipements ou de matériels pour votre activité.

Non seulement vous pouvez récupérer la TVA sur chaque achat, mais plus que ça, vous pouvez déduire fiscalement les frais que cela a engendrés.

Reste à déterminer si les équipements et matériels que vous utilisez sont destinés à usage personnel/professionnel ou professionnel uniquement.

Dans le deuxième cas, vous pourrez alors déduire 100% du montant des achats si vous êtes en mesure d’apporter la preuve que l’utilisation que vous en faîtes est uniquement professionnelle.

Si ce n’est pas le cas, vous pourrez prétendre à une déduction maximale de 75%.

4 – Abonnement de connexion Internet

Il est impossible aujourd’hui d’imaginer quelqu’un travailler sans l’aide d’Internet. Tout le monde a besoin d’une connexion à son domicile, même les entrepreneurs.

Il est donc tout à fait possible de déduire une partie de son abonnement Internet et de l’inclure dans les charges courantes.

Pour les services fiscaux, il est d’usage de déduire 5/7 (sur la base de 5 jours par semaine) de la facture sur la base d’une semaine. Ce qui correspond environ à 75% de la facture totale.

Il est donc très intéressant de profiter de cette déduction fiscale dès lors que vous travaillez à domicile en utilisant Internet tous les jours.

Exemple de déductions de frais sur la connexion Internet

Sur la base d’un
abonnement mensuel
Nombre de jours
d’utilisation par semaine (professionnelle)
Déduction possible en %Déduction possible
en euros
Déduction
annuelle
50,00 €114%7,00 €84 ,00 €
50,00 228% 14,00 € 168 ,00 €
50,00 € 343% 21,50 € 258 ,00 €
50,00 € 457% 28,50 € 342 ,00 €
50,00 € 572% 36,00 € 432,00 €
La tolérance maximale de déductibilité à la TVA est de 75%.

5 – Mobilier de bureau ou autre mobilier pour accueillir la clientèle

On entend par mobilier de bureau, tout le mobilier qui vous sert dans le cadre de votre travail.

La liste de ce mobilier peut être assez vaste, car ce sont aussi tous les meubles qui permettent de rendre agréable votre lieu de travail lorsque vos clients vous rendent visite.

Voici un exemple de mobilier qu’il est possible de déduire. Fiscalement d’une part, et à la TVA d’autre part :

  • Bureau
  • Chaise de bureau
  • Placards de rangements de dossiers
  • Frigo (pour votre équipe, pas pour vous seul)
  • Canapé d’accueil : pour recevoir vos clients
  • Plantes vertes et fleurs : pour rendre agréable votre lieu de travail (image de votre entreprise)

Toutefois, n’abusez-pas de cette catégorie de déductions fiscales pour éviter d’éventuels problèmes avec les services des impôts.

6 – Petites fournitures de bureau

Les fournitures de bureau font partie des frais de déductions classiques.

Cela va du simple stylo, en passant par l’agenda jusqu’aux cartouches imprimantes.

C’est sûrement la catégorie de déduction que les impôts surveillent le moins. Étant donné que ces dépenses de petites fournitures sont essentielles pour toute société ou tout entrepreneur.

La seule chose importante à retenir est de bien conserver les factures afin de pouvoir justifier de ces frais déductibles courants.

7 – Logiciels informatiques

Tous les logiciels informatiques qui vous servent à travailler depuis votre domicile peuvent faire partir des frais à déduire.

Aussi bien sur la TVA que fiscalement en les incluant dans vos charges.

Les logiciels qu’utilisent les entrepreneurs font généralement partie des catégories suivantes :

  • Comptabilité
  • Prospection
  • Design
  • Bureautique

Parallèlement à ces frais déductibles, vous pouvez aussi déduire les dépenses effectuées dans le cadre de votre activité sur le web :

  • Logiciels en ligne
  • Hébergement et sauvegarde de votre site web
  • Frais de publicité (Google, Facebook, etc.)

8 – Abonnements aux plateformes de streaming audio/vidéo

Vous ne le saviez peut-être pas, mais vous pouvez déduire une partie des frais liés aux abonnements de plateformes de streaming. C’est étonnant, mais c’est comme ça !

Attention, comme d’autres frais déductibles, vous devrez calculer cette déduction au prorata de l’utilisation que vous en faites. Car il sera difficile de faire croire aux impôts par exemple que vous écoutez Spotify uniquement dans le cadre de votre travail !

Soyez alors objectif et prudent lorsque vous calculez ces frais et encore une fois, n’en abusez-pas.

9 – Boissons et denrées alimentaires consommées dans un cadre professionnel

Soyons clair. Il ne s’agit pas ici de faire passer vos propres courses dans ces frais déductibles. Mais seulement les boissons ou denrées alimentaires que vous consommez dans un cadre professionnel.

Imaginez par exemple que vous organisez un petit-déjeuner avec vos clients ou votre équipe de travail. Vous décidez de prendre une douzaine de croissants, quelques boissons froides et plusieurs cafés. Ce genre de dépense pourra être déductible fiscalement. Car elle intervient directement dans un cadre professionnel bien précis et justifié.

À l’inverse, dès lors que ces achats de boissons et de denrées alimentaires sont personnels, vous ne pouvez pas les déduire. C’est aussi simple que ça.

10 – Assurances

Pour certains entrepreneurs, elles peuvent paraitre facultatives. Mais pour d’autres, elles sont obligatoires.

Dans tous les cas, dès qu’une souscription d’assurance est effectuée dans le cadre de votre activité à domicile, vous pouvez la déduire fiscalement.

À la condition bien sûr que chaque assurance soit souscrite au nom de votre entreprise. Même chose pour les assurances d’équipements ou de matériels que vous avez besoin d’assurer. Comme le vol ou la casse.

Précision importante : en ce qui concerne les assurances, il faut souligner que la TVA ne s’applique pas. Pas de TVA, pas de récupération.

Frais déductibles : les déclarer sans en abuser

Après vous avoir présenté tous les frais qu’il vous est possible de déduire, je ne saurai vous conseiller d’être objectif lorsque vous les déclarez.

Partez toujours du principe qu’une personne aux compétences aiguisées vérifiera vos déclarations. À commencer par votre comptable.

Tant et si bien que si ce que vous déclarez est possible, plausible et honnête, cela ne posera aucun problème. Et vos impôts se verront diminués grâce à ces charges déductibles.

En revanche, si vous n’êtes pas sûr de ce que vous faites, parlez-en à votre comptable. C’est la seule personne qui est capable de bien vous conseiller. Chacun son métier comme on dit !


Références :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page